ManonLe Sedna IV en antarctique :  dans l’œil du mécano, par Stévens Pearson

C’est sous une forme anecdotiques et avec l’aide d’un court métrage croustillant (non autorisé par Jean Lemire – petit rire coquin de notre conférencier J) que Stévens Pearson a levé le voile sur « tout ce qui n’a pas été divulgué sur le bateau Sedna IV ».

L’homme est un entrepreneur-multidisciplinaire doté d’un caractère et d’une volonté hors pair.  Les tâches sont essentielles et variées, les responsabilités à bord sont gigantesques.  Le mécano est en charge d’un nombre impressionnant de systèmes et de mécanismes dont la propulsion, l’énergie et la désalinisation de l’eau.  Le sommeil est rare et précieux.

S’embarquer avec un équipage qui nous est étranger pour  un an est déjà un défi immense.  Au fil de notre intrusion avec la caméra à l’épaule de Martin Leclerc, on découvre la franche camaraderie et l’humanité qui s’exprime à travers les petits bouts d’entrevues improvisés.

On prend la mesure et l’ampleur de la mission de l’équipage en apprenant la taille du budget de 1,3 million par mois ou quand on aperçoit ces murs bleus et bruns qui sont en fait des réservoirs ou quand l’équipe doit réparer une caméra à l’aveugle, assisté par un technicien au téléphone satellite.

Stévens a témoigné avec un enthousiasme palpable et toujours avec authenticité et passion de cette expérience d’une vie. Il est certain que son indéfectible engagement et sa créativité, nécessaire à l’accomplissement de sa tâche, ont assurément contribués au succès de son passage à bord de ce grand navire.

Merci Stévens d’avoir partagé en exclusivité avec nos membres cette tranche de vie divertissante et véritable.

Patoum ! Patoum ! et quelques petits pas sur la passerelle…